17 novembre 2004

Un déclic, la lumière





J'avais envie de sortir de mes quatre murs. Je savais que la porte là-bas ne se verrouillait pratiquement jamais. Et je savais qu'il était là.

Monte les escaliers, pousse la porte. Il dort.

Bonsoir..

Sursaut. La forme sous le drap s'agite, doucement.. Un déclic, la lumière.

"Je peux dormir là ?"

Il n'a pas dit non.

Le lit étroit, les draps avec des têtes de cartoon "un emprunt à ma nièce", forcément les corps se touchent. Léger malaise. Je déteste les malaises. Le contact s'accentue. Le malaise, disparu.

"Elle est spéciale, la Voisine.."

La Voisine, c'est moi. Le Voisin, c'est lui.

Les mains voletent, forcément, on ne sait pas où les poser.. Elles trouvent la limite entre le vêtement et la peau. Hésitation.

"Hm.. Tu fais quoi là ?"

"J'explore.. T'es percée ?"

Le p'tit trou dans mon ventre. Égoïstement, rien que pour moi et quelques autres.

Les mains voletent, forcément, on est curieux.. Il n'y a plus de limites.

Bien-être.

J'avais jamais aimé dormir enlacée. Avec lui, ca me manquait.. Presque.

Mais maintenant, la porte se verrouille.

Posté par Marie Ame à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Un déclic, la lumière

Nouveau commentaire